L’Homme “matador”, c’est quelqu’un qui n’abandonne jamais ; il confronte les obstacles ; il affronte l’impossible. Dans la corrida de la vie, il cherche à édifier son chemin, créer son destin, découvrir son entéléchie. L’Homme matador participe à édifier le vrai sens de la volonté, du courage et du triomphe. Il greffe au sein de la société « l’espoir de vivre ».

tumblr_njyf8bg5FM1smapx8o1_500

L’argumentation

L’argumentation est un exercice intellectuel, une manifestation de la rhétorique qui se ressource dans un contexte d’objectivité. Cette objectivité nécessité un processus intellectuel qui réside dans l’étude, l’analyse, la critique et les solutions alternatives. Il découle de cette approche que l’argumentation constitue l’instrument de convaincre et également l’art de persuader, tout en adoptant une vision  rationnelle, explicative et didactique en vue de combattre toute sorte de discours stérile et irrationnel.

 

 

10984741_776198529102145_1621155559_n

 

La logique

La logique est une notion philosophique qui mérite d’être étudier d’une façon objective.  Cette notion constitue un exercice intellectuel qui découle d’une analyse rationnelle.  Etant une méthode de réflexion, la logique permet de traiter des questions voire des problématiques ayant une importance cardinale dans l’édifice de la société.  D’ailleurs, dans un dialogue ou un article  il est difficile de saper un argument qui adopte une approche logique.

 

 

 

tumblr_nlwpi1HACG1tmvwc5o1_500

La politique

La politique, au sens large du terme, constitue un arsenal d’orientations et de programmes qui déterminent certaines finalités.  D’ailleurs, chaque domaine exige la consécration effective d’une véritable politique.  Cette dernière constitue la condition sine qua non pour la pérennité des instituions. C’est pour cette raison, l’inexistence d’une politique favorise   l’émergence  de l’arbitraire, ce qui porte atteinte aux objectifs fixés.

 

tumblr_neufbdIsGU1r2q9tyo1_400

 

 

La critique

La critique est définie comme étant un exercice intellectuel ayant pour but la détermination de certains aspects négatifs concernant un sujet ou  un phénomène quelconque. D’ailleurs, cet exercice intellectuel constitue un véritable instrument pour l’intellect en vue d’aboutir à une analyse objective où réside la manifestation d’un esprit rationnel.  De plus, la critique est une étape qui anticipe en principe la phase des solutions dans le cadre d’une étude.  Étant donné la pièce  maîtresse de toute analyse, cet exercice intellectuel doit inscrire dans une politique constructive en vue d’éviter le berceau d’un espace favorable à des discours stériles, capables d’anéantir la communication entre les individus.

Le détracteur actif en tant que militant de la foule, c’est celui qui considère la critique comme étant un  outil propice susceptible  d’aiguiser la conscience collective de la société.

 

0945511001188742019

 

 

Le philosophe est un penseur qui effectue une démonstration intellectuelle, en se basant sur une analyse logique découlant d’une conscience. D’ailleurs, la logique et la conscience constituent les instruments du dialecticien, afin d’analyser, de cerner, de critiquer voire d’envisager des solutions relatives à des problématiques substantielles.

S’inscrivant dans cette approche, le philosophe, en tant que raisonneur,  est un rebelle   qui se situe  dans un véritable combat en vue de lutter contre la vie quotidienne, étant donné qu’elle représente  une concrétisation d’un acte de soumission. De surcroît, ce penseur n’est pas seulement un révoltant ou un rebelle, mais aussi  un militant capable de fortifier la conscience collective de la foule à travers  des discours rationnels et féconds où réside  le rapport dialectique entre le philosophe et son environnement.

images (2)

 

 

 L’intolérance

L’intolérance constitue un vice, voire un phénomène néfaste  susceptible d’anéantir les rapports interhumains, ce qui présente  une véritable menace à l’édifice social de la communauté. D’ailleurs, le dogmatisme, l’égoïsme, le fanatisme, la trahison et  la haine, désignent les concrétisations prépondérantes voire les corollaires  de l’intolérance.  Cette dernière  traduit une approche extrémiste qui favorise l’émergence d’un discours irrationnel voire stérile, capable d’éradiquer la sphère de la communication. L’intolérance consiste à considérer  l’autre comme étant l’enfer, ce qui donne lieu à  l’apparition  d’un  espace de conflit  opportun à l’aliénation de l’essence humaine.

 

 

 

images (1)

 

L’écriture

L’écriture est définie comme étant un instrument efficace susceptible de traduire voire de refléter les intuitions, les situations  et les opinions de l’individu.  Comme toute notion, l’écriture concrétise deux fonctions à savoir la fonction protectrice et celle contributive. Pour ce qui concerne la première fonction,  « écrire » désigne un verbe important capable de soulager voire de préserver  l’âme contre les manifestations de la marginalisation où se ressourcent  les ténèbres de l’aliénation intellectuelle. D’ailleurs, la quasi-totalité de la doctrine considère que l’écriture constitue un sanctuaire propice, capable de favoriser  la protection de l’essence humaine

Concernant la deuxième fonction, la notion objet de notre analyse permet à l’individu de participer bel et bien ,en tant que acteur actif de la société, à  l’érection voire à la consolidation de l’édifice culturel, intellectuel et social de la foule. Reste seulement à signaler que l’écriture, outil d’action, affecte considérablement la conscience collective de la société.


 

 

 

1875-1876

 

La société civile

Cette notion est considérée comme étant un agrégat d’éléments qui sont, normalement, en interaction entre eux. D’ailleurs, les dogmes, les institutions et les acteurs constituent les piliers fondateurs de la société civile.  Il en est ainsi, les associations, les organisations, les partis politiques  et les citoyens   qui désignent également  le crédo de la foule. En outre, le rapport dialectique entre les différents acteurs de la société civile exige la concrétisation salutaire d’une panoplie de principes et de droits adoptés par des actes juridiques, en vue de régulariser les rapports interhumains.  Donc pour conclure, cette notion, objet de cette analyse restrictive, consacre essentiellement  deux aspects à savoir l’aspect institutionnel et celle instrumental qui sont susceptibles de préserver bel et bien l’édifice social, politique, économique et culturel la société civile.

 

Fr0YmWSJAL8

 

 

La mélancolie

La mélancolie est définie comme étant un halo de chagrin  qui  entoure  l’âme. Cette intuition nocive  concrétise un état d’aliénation susceptible de dissiper l’essence humaine. Davantage, la mélancolie favorise le berceau d’une âme souffrante qui cohabite mal avec les ténébreux de la solitude. Cette notion a suscité un débat doctrinal. Étant donné que l’échec, cause immédiate d’un état de profonde tristesse, doit être un tremplin pour accéder à un avenir meilleur, un courant philosophique  considère que la mélancolie constitue  un facteur propice pour la fortification de l’esprit. Par contre, une autre branche doctrinale,  considère que ce sentiement, objet de notre analyse, désigne une étape préalable qu’anticipe le trépas de l’âme.

 

 

book-perfect-tea-love-chair-Favim.com-1171128

La culture

La culture est une notion évolutive qui s’adapte avec les mutations et les conjonctures de la vie. Dans ce cadre, cette notion peut être définie comme étant la spécificité cardinale d’un Etat.  D’ailleurs,      les sphères sociales, économiques, politiques et éthiques constituent les concrétisations prépondérantes de l’édifice culturel. De plus, ce dernier traduit notamment la conscience collective de la foule. Reste seulement à signaler qu’il ne faut pas établir une confusion entre la notion de civilisation et celle de la culture puisque cette dernière constitue la clef de voûte voire la partie intégrante  d’une civilisation.

 

 

 

10660722_697916406930358_1031323957_n

Amour : 

Cette notion est définie comme étant une intuition ou  une sensation qui favorise la rencontre de plusieurs âmes dans un  milieu  spirituel. De plus l’amour constitue la lapalissade de la vie. D’ailleurs, cette valeur escomptée désigne l’une des concrétisations considérables et notables de l’essence humaine en vue d’éradiquer les manifestations de l’aliénation. S’inscrivant dans cette démarche, l’amour est considéré comme étant un sentiment voire  une valeur noble, ce qui fait allusion à la double dimension de cette notion.

C’est grâce à cette vertu cardinale, qu’on peut constater le berceau d’un aspect préventif en premier lieu et également la consécration d’un faisceau de valeurs nobles, en tant que  corollaires de l’amour à savoir l’amitié, l’entraide et la fraternité , en un deuxième lieu .

 

10545082_675116432543689_213532472_n

Associationnisme

Associationnisme : cette notion est définie comme étant un processus de réflexion qui consacre un ordonnancement d’idées, émanant d’un esprit créatif et fructueux, en vue d’aboutir à une solution adéquate. Il découle de cette définition que l’associationnisme constitue un exercice intellectuel qui concrétise bel et bien les manifestations de la rationalisation en tant qu’une pierre philosophale de toute analyse approfondie. D’ailleurs, cette dernière désigne le credo de l’associationnisme puisque l’analyse des phénomènes ou des faits constitue l’étape anticipative de chaque réflexion. Dans ce cadre, l’associationnisme constitue la pierre angulaire de la méthode synthétique qui découle d’une vision extensive.